Château de Brandon

Les portes de la Bourgogne

Histoire de BRANDON

Le Village

Nous ne savons pratiquement rien de l’histoire de Saint-Pierre-de-Varennes à l’époque gallo-romaine sinon que la hauteur de Brandon commandait deux voies romaines l’une allant de Macon à Autun, l’autre de Chalon à Autun. L’invasion sarrasine qui mit à sac la ville d’Autun le 22 avril 725 passa probablement par Saint-Pierre.

Le premier document historique date de 1242 et cite le petit fort de Luchet hameau qui existe toujours et la Tour d’Escharbotins, le hameau des Charbottins se trouvant à la queue de l’étang de Brandon.

En 1375 un acte de dénombrement cite Luchet et Drevain, autre hameau de la commune. En 1545 un envoyé du roi vint visiter « les feux de Brandon de la paroisse de Varennes-sous-Montcenis et reconnut 20 habitants… »

C’est au XII° siècle que fut bâtie l’église actuelle

En 1770 on dénombre 100 feux, 12 hameaux, 500 communiants, 6 métairies, 2 moulins, 8 étangs et 2 fiefs.

En 1850 on comptait 850 habitants, 185 maisons, 197 ménages et la superficie de la commune est de 2307 hectares.

Le village de Brandon Aujourd’hui Saint-Pierre compte 863 habitants, son activité principale est l’élevage de bovins charolais, encore qu’il reste quelques arpents de vignes ; il y a aussi quelques petites entreprises surtout dans le domaine du bois.

Elle se trouve à mi-chemin entre Le Creusot et Couches, à 10 kilomètres de ces deux cités. Mais les habitants vont surtout au Creusot tant pour trouver du travail que pour aller faire les courses. Les enfants fréquentent le collège de Couches et le Lycée du Creusot. C’est une commune paisible qui fait partie aujourd’hui de la Communauté de Communes dites « Autour du Couchois » et qui réunit 10 communes.


Un peu d'histoire sur Brandon

Bien qu'on ne possède sur Brandon aucun document antérieur aux XIIème siècle, sa haute antiquité ne saurait être contestée. L'étymologie du mot lui-même et quelques vestiges archéologiques, dont le plus important est une dalle funéraire devenue le tympan de l'église de Saint Pierre de Varennes, nous permettent de remonter jusqu'à l'époque Gallo-romaine.

Très tôt, de par sa position stratégique, Brandon servit d'observatoire, de poste retranché et aussi, à l'occasion, de refuge aux paysans d'alentour. Dominant la vallée du Mesvrin, la petite garnison surveillait la contrée et en particulier les deux voies romaines qui reliaient la vallée de la Saône à celle de la Loire.

Au Moyen-Age, le poste fortifié de Brandon fut transformé en une véritable forteresse. Peut-être joua-t-elle son rôle lors de l'invasion de 725. En tout cas, la dévastation du terrain et du pays avoisinant fut telle et la lutte si violente que la tradition locale en a conservé le souvenir. On montre encore à Saint Pierre, le "Trou de l'Enfer" et le "Champ des Maures" et des ouvriers ont mis à jour, en travaillant au presbytère, un véritable charnier.

Nous ne retrouvons plus trace de Brandon avant le milieu du XIIIème siècle. C'est alors un "Chatelet" à destination exclusivement militaire, sous la dépendance immédiate des ducs de Bourgogne, premier point certain qui nous est acquis par les chartes.

Ils y établirent des ouvrages de défense et en confièrent la garde à des capitaines assistés de quelques hommes d'armes. Comme l'un deux, Robert d'Essertennes, s'était sans doute bien acquitté de sa tâche, Philippe de Bourgogne transforma sa charge de capitaine en seigneurie héréditaire vers 1370. Le même duc, à la requête de Philippe de la Roche, petit-fils du precedent, éleva le fief au titre de Baronnie "au profit du Seigneur de la Roche, ses hoirs et successeurs".

En outre, à la fin du XIVème siècle, le Seigneur de Brandon avait le droit de "Haute et Basse Justice", c'est-à-dire de vie et de mort sur les justiciables de ses domaines et des localités voisines ainsi qu'en témoigne le colombier élevé devant le château.

Brandon demeurera quatre vingt dix ans la propriété de la famille d'Essertenne. De grands travaux de construction et de réparation au château et aux étangs furent entrepris par les familles de Lugny et de Montessus qui en eurent la possession jusqu'au XVIIème siècle.

Le Colombier

C'est de Charles de Montessus que date la fameuse légende du trésor. Accablé de dettes, il répandit, pour faire patienter ses créanciers, qu'un trésor était caché au château de Brandon depuis l'époque où les Anglais occupaient une partie de la France. Il certifia en même temps qu'un esprit malfaisant le hantait, ce qui plongea le pays dans la terreur. Pris peut-être à son propre piège, il fit venir à Brandon un certain abbé Delniau qui s'adonnait à la magie. Mais ni les conjurations du prêtre, ni les divers subterfuges du seigneur ne purent empêcher la catastrophe: les dettes n'ayant pas été payées, les créanciers firent évacuer le château et la vente suivit la saisie en 1633. Quant à l'abbé Delniau, après jugement, il fut brûlé vif sur la place du Champ de Mars à Autun.

Brandon changea alors plusieurs fois de proprétaire au cours des XVIIème et XVIIIème siècles. A la fin du XVIIIème siècle, l'état de délabrement et d'abandon où se trouvait Brandon lui épargna les injures de la population. Le propriétaire d'alors, M. de Beaurepaire, n'ayant pas émigré, conserva tous ses biens et put donner en dot le domaine de Brandon lors du mariage de sa fille avec M. Louis Pelletier de Clery. Celui-ci mena une vie quelque peu dissipée, ce qui écorna son patrimoine. Il fut obligé de vendre Brandon.

Le célèbre avocat autunois, Nicolas Tripier, s'en rendit acquéreur. Après lui, au cours du XIXème siècle, le château passa successivement, par sa fille à Antoine Mala et par la fille de ce dernier à Ferdinand de Jouvencel. A la mort de Madame de Jouvencel, en 1922, il devint la propriété de son petit-fils le Vicomte de Masin à la famille duquel il appartient encore.


L'Etang de Brandon

L’étang de Brandon est un des plus anciens et des plus grands de la région. On le trouve mentionné pour la première fois dans un document de 1409. En 1536, la digue se rompit brutalement ravageant le moulin et inondant les terres en aval. Hugues de Montessus alors seigneur de Brandon le fit réparer au prix de 600 livres et 1586 journées de travail.

Pendant quatre siècles l’étang ne varia qu’au rythme régulier des saisons relevé par les pêches et les histoires de braconnages.

L'etang de Brandon Au cours de XX° siècle et jusqu’en 1957, il était exploité par la famille de Masin qui en était propriétaire et qui le céda alors au Syndicat Intercommunal des Eaux qui venait de se créer et qui le renforça faisant passer sa surface de 21 à 43 hectares. Cette retenue d’eau ainsi transformée alimente en eau potable plusieurs communes, 16 aujourd’hui, soit près de 4500 abonnés.

En 1988 un chemin piétonnier fut aménagé qui fait le tour complet de l’étang. C’est une promenade paisible et très agréable du fait de la beauté du site.

Evenement

Mis à jour prochainement

Tour virtuel

Visite virtuelle

Histoire d'un personnage de Brandon

Découvrez l'histoire de la Dame Blanche du Chateau de Brandon !

Acces a Brandon

Carte acces Brandon
Liens

Valid XHTML 1.0!

English